Comment je suis passée aux serviettes hygiéniques lavables ?


Il y a un ou deux ans de ça, je ne m'étais encore jamais posée la question des accessoires que j'utilisais en période de menstruations. Lorsque j'ai eu mes premières règles, m'a mère m'a naturellement acheté des serviettes hygiéniques jetables, et lorsqu'il a fallu que j'aille à la piscine, elle m'a acheté des tampons. Fin de l'histoire. Enfin, normalement.

En premier lieu, j'ai entendu parler de la coupe menstruelle et je me suis lancée rapidement, avant de réaliser que ça ne me convenait pas vraiment, je vous expliquerais pourquoi dans la suite de l'article. Je n'ai aucune honte à admettre que c'est clairement grâce à la blogosphère que j'ai découvert le concept des serviettes hygiéniques lavables, SHL pour les intimes. D'abord, il m'a paru étrange et je m'en suis rapidement détournée. Laver ses serviettes hygiéniques, ça semble sale, non ? Et puis, quand j'ai commencé à faire attention à mon alimentation, j'ai commencé à faire attention à ma consommation, et je me suis posée des questions sur la composition des protections hygiéniques, sur leur impact sur ma santé mais aussi sur leur impact écologique. Finalement c'est un cercle vertueux, quand on commence à s'intéresser à notre mode de consommation, quand on veut moins gaspiller, consommer responsable, on finit par se rendre compte qu'on utilise dans notre vie une quantité astronomique de protections hygiéniques. 


Pourquoi bannir les protections hygiéniques jetables ?

- D'abord, pour votre santé. Je dois dire en tout cas que ç'a été ma première motivation. Ce qui m'a d'abord interpellée, c'est le risque de choc toxique, qui a été fortement médiatisé durant quelques temps. Ce phénomène est du à la présence d'un staphylocoque doré dans le vagin, normalement inoffensif, sauf lorsque le sang reste "bloqué" dans le vagin, comme c'est le cas avec les tampons. C'est pour ça que la cup n'était pour moi pas une solution avantageuse, car si sa composition et son impact écologique sont bien meilleurs, les risques de choc toxique sont identiques. 

Les tampons sont composés de nombreux éléments toxiques. Ils sont par exemple blanchis au chlore lors d'un traitement qui entraîne des dépôts de dioxine sur le tampon, et la dioxine est cancérigène. De plus, 80% des tampons contiennent du glyphosate, et il s'agit concrètement d'un pesticide utilisé lors de la culture du coton. Du côté des serviettes hygiéniques jetables, la liste des composants n'est pas beaucoup plus rassurante, et de nombreuses matières toxiques ont également été détectées. De plus, au moment de retirer un tampon, ce dernier peut laisser derrière lui des filaments qui vont s'accrocher aux muqueuses vaginales. 

- Pour l'écologie. C'est une raison qui semble tout aussi évidente que la première, mais la production de tampons et de serviettes hygiéniques est particulièrement polluante. Rien que la culture du coton est une activité très polluante, qui utilise un nombre incalculable de pesticides. Mais en-dehors de la pratique en elle-même, il faut penser aux nombres de protections hygiéniques que nous utilisons dans notre vie. Les protections hygiéniques proposées en grandes surfaces ne sont pas biodégradables, or une femme utilisera en moyenne presque 6000 durant sa vie. C'est autant de déchets qui mettront 500 ans à se dégrader complètement. 

- Le prix. Ce n'est pas du tout ce qui m'a motivée à la base, mais il faut admettre que le coût des protections hygiéniques jetables est indéniable. Certes, les SHL sont plus chères à l'achat, mais c'est un investissement sur le long terme, contrairement au prix d'achat d'une boîte de tampon qu'il faudra de toute façon racheter le mois suivant. 

Les serviettes hygiéniques lavables


J'ai passé des heures sur internet à éplucher différents avis sur les blogs avant de choisir les SHL dans lesquelles je voulais investir. Certaines marques reviennent régulièrement, mais je les trouvais assez chères pour un premier essai, et mon choix s'est finalement porté sur la marque Imse Vmse que j'ai trouvées sur le site Lili Nappy

Le premier avantage est que ces protections sont durables, puisqu'elles peuvent se conserver plus de cinq ans. Elles sont fabriquées en matières naturelles, on trouve le plus souvent du coton (la plupart du temps bio) et parfois du chanvre, mais aussi d'autres matières que je n'ai pas testées. L'impact écologique est ici réellement réduit. Au départ, il faut tâtonner un peu pour savoir le nombre de serviettes nécessaires durant un cycle, parce qu'il pourrait être encombrant (mais pas infaisable) de devoir laver des serviettes en milieu de cycle. Il existe des serviettes de différentes tailles, qui conviennent à des flux différents, des serviettes de nuit, de jour et des protèges-slips. Souvent, les flux abondants ne durent pas l'intégralité du cycle et il ne faut donc que quelques serviettes à plus forte contenance pour toute la durée. Mais ça, c'est propre à chacune et personne ne connaît votre corps mieux que vous. 

L'utilisation est vraiment très simple, les SHL sont munies de clips qui permettent de les faire tenir à la culotte. En ce qui concerne le confort, elles sont bien plus confortables que toutes les serviettes hygiéniques que j'ai pu utiliser jusque là, même si elles sont sans doute un peu plus encombrantes parce qu'elles n'utilisent pas de processus d'absorption chimique. Je n'ai eu à ce jour aucune fuite avec ces SHL, qui absorbent vraiment bien et surtout ne laissent pas la sensation désagréable d'être "mouillée". Idem avec les mauvaises odeurs, je n'ai absolument pas eu de problème.

Pour celles qui ont des allergies, ou des problèmes d'infections par exemple, les SHL sont vraiment une bonne alternative parce qu'elles sont entièrement naturelles et donc bien plus respectueuses de votre flore vaginale

J'ai également trouvé le nettoyage très simple. Il suffit de les faire tremper dans l'eau froide, pour éviter que le sang ne "cuise" lors du lavage. Ensuite, à la fin de mon cycle je fais une machine avec toutes les SHL et des serviettes de bain par exemple pour compléter, généralement à 60°. 

Est-ce que vous avez déjà essayé les SHL ? Est-ce que vous êtes satisfaites ? 

3 commentaires

  1. Très ecolo mais je ne sais pas si j'oserai tester....
    Bisous.
    Elena, http://www.theladyonline.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'a fallu un moment pour sauter le pas mais je ne regrette pas :)

      Supprimer
  2. Perso, je suis passée à la cup depuis longtemps... mais je dois parfois compléter la protection avec une serviette... je ne suis pas encore passée aux serviettes lavables mais j'y pense de plus en plus...
    Merci pour toutes ces informations :)

    RépondreSupprimer